Vous êtes ici

Des Hommes et des usages

Le marais de Rochefort c'est un patrimoine naturel

mais c'est aussi des Hommes et des usages!

 

  

 

  

L’agriculture

Les principaux milieux présents sur les marais de Rochefort étant les prairies naturelles et les cultures, l’activité agricole y est prépondérante.
D’après les consultations communales réalisées en 2003, 251 exploitations ont été recensées sur le Marais de Rochefort. Elles sont principalement orientées vers les systèmes de production suivant :

  • L’élevage laitier
  • L’élevage bovin viande
  • Les grandes cultures

Le maintien d’une activité agricole d’élevage constitue un enjeu majeur pour la gestion et l’entretien de ce territoire.


En effet, une prairie de marais qui n’est plus exploitée par la fauche ou le pâturage s’enfriche et est progressivement colonisée par les arbustes.
De plus, l’activité agricole participe très largement à la gestion de l’important réseau de fossés et canaux du marais par l’intermédiaire notamment des syndicats de marais.

Les syndicats de marais

Le marais de Rochefort compte 21 associations syndicales de marais, regroupant les propriétaires du périmètre.
Ces associations s’avèrent être des acteurs incontournables de la gestion du réseau hydraulique du site, de par des actions d’entretien du réseau et de gestion de leurs niveaux d’eau.

Des accords signés en 2000 avec la DIREN fixes de grands principes de gestion pour chaque association syndicale, l’objectif de cette démarche étant de trouver un équilibre entre la non submersion des terres agricoles pour les syndicats de marais et la conservation de l’eau au début du printemps sur les zones basses des prairies, « les baisses ».

Ce réseau de fossés et de canaux d’eau douce joue un rôle fondamental pour le bon fonctionnement des marais de Rochefort, il permet en effet :

  • De délimiter et clôturer naturellement les parcelles de marais
  • D’alimenter le bétail en eau
  • D’assurer en fonction des saisons, l’alimentation ou l’évacuation du marais en eau douce
  • De zone de refuge, d’alimentation ou encore de vie de nombreuses espèces (poissons, la Loutre…)

La conchyliculture

Le site compte une centaine d’exploitations conchylicoles (mytilicoles et ostréicoles) réparties sur la côte de la Baie d’Yves, aux Boucholeurs et à la Pointe de la Fumée sur Fouras.

Avec 112 km de bouchots de captage et de grossissement sur le Domaine Public Maritime (DPM), la Baie d’Yves constitue l’une des principales zones de production mytilicole du département.

L’ostréiculture est également présente dans la baie avec 25ha de parcs sur le Domaine Public Maritime.

La chasse

La chasse en marais de Rochefort c’est 22 ACCA, 199 installations de chasse de nuit, des réserves de chasse et un pôle nature « la cabane de Moins ».

La chasse au chien d’arrêt, la chasse à la passée et la chasse à la tonne sont les 3 principales pratiques de chasse pratiquées sur le marais.

Les chasseurs contribuent à l’intérêt environnemental des marais, notamment au travers la gestion environnementale des réserves de chasse et des travaux de restauration hydraulique sur les emprises foncières des ACCA.

La pêche

La pratique de la pêche sur le site se décline sur 2 milieux : les marais et le littoral, avec des techniques de pêche et des espèces recherchées bien distinctes.

La pêche dans le marais visent en particulier les poissons d’eau douce (Gardon, Brème, Tanche, Sandre, Brochet, Carpe…), l’Anguille, les écrevisses et les grenouilles via des techniques de pêches variées telles que la pêche à la ligne, la pêche au carrelet à main, les nasses à poissons, la balance à écrevisse…

La pêche sur le littoral vise plus particulièrement les coquillages (Bigorneaux, Coques, Palourdes, Pétoncles…) et poissons d’eau de mer (Bar, Maquereaux…) via la pêche à pied, la pêche au carrelet et la pêche de plaisance.

A noter que la pêche au carrelet est une tradition ancestrale sur les côtes charentaises depuis le XVIII ème siècle. Le carrelet est un filet carré de 3 à 5 m de côté, tendu horizontalement et que l’on relève depuis une cabane construite sur pilotis, à l’aide d’un contrepoids ou d’un treuil.

La faune piscicole est un indicateur de la bonne santé du réseau hydraulique et un maillon important de l’écosystème aquatique. En effet, elle est notamment une ressource alimentaire pour de nombreuses espèces comme la Loutre ou encore la Cigogne.

Le tourisme

Le Marais de Rochefort est bordé par deux pôles touristiques :

  • culturel et historique de la ville de Rochefort.
  • littoral de la ville de Fouras et de l’Ile d’Aix.

Par comparaison à ces deux pôles, l’activité touristique est plus faible et plus diffuse sur le marais et se traduit principalement par un réseau de circuits pédestres et cyclables de plus de 200 km de linéaires.

On recense également sur le site:

  • 2 centres équestres, l’un sur la commune d’Yves, l’autre sur celle de Breuil-Magné
  • 1 golf à St Laurent de la Prée
  • 1 école de voile à Fouras, qui propose de nombreuses activités nautiques.

La pratique du canoë-kayak à l’intérieur du marais est quant à elle très peu développée.

 

Réalisation : Equipe Natura 2000 LPO